Le Soleil
En mettant le pied dans le terminal privé, les passagers de Pascan tombaient sur un kiosque d'Aéroport de Québec inc., la société privée qui gère l'aéroport international Jean-Lesage. Une employée leur réclamait 31,04$, à moins de pouvoir faire la preuve que la somme avait été préalablement acquittée lors de l'achat du billet. Autour, cinq agents de sécurité, un mobilisé par l'aéroport, qui avait aussi délégué des cadres, et quatre embauchés par Pascan, s'assurant que seuls les clients franchissaient la porte de la salle d'attente.
En mettant le pied dans le terminal privé, les passagers de Pascan tombaient sur un kiosque d'Aéroport de Québec inc., la société privée qui gère l'aéroport international Jean-Lesage. Une employée leur réclamait 31,04$, à moins de pouvoir faire la preuve que la somme avait été préalablement acquittée lors de l'achat du billet. Autour, cinq agents de sécurité, un mobilisé par l'aéroport, qui avait aussi délégué des cadres, et quatre embauchés par Pascan, s'assurant que seuls les clients franchissaient la porte de la salle d'attente.

Passagers coincés entre l'aéroport de Québec et Pascan

Annie Morin
Annie Morin
Le Soleil
Les passagers de Pascan Aviation ont été pris entre deux feux, mercredi, alors que l'aéroport de Québec leur demandait de payer des frais d'aviation générale (FAG) de 27 $ plus taxes avant l'embarquement tandis que le transporteur niait toute obligation de le faire.