Le Soleil
Le Conseil supérieur de la langue française et son président, Robert Vézina, sont d'accord avec le Parti québécois, qui propose d'étendre aux entreprises de 26 employés et plus l'obligation de faire du français la «langue normale et habituelle de travail» et de produire ses documents dans la langue de Molière.
Le Conseil supérieur de la langue française et son président, Robert Vézina, sont d'accord avec le Parti québécois, qui propose d'étendre aux entreprises de 26 employés et plus l'obligation de faire du français la «langue normale et habituelle de travail» et de produire ses documents dans la langue de Molière.

Le Conseil de la langue dénonce le recul du français au travail

Simon Boivin
Simon Boivin
Le Soleil
Le Conseil supérieur de la langue française (CSLF) a beau s'inquiéter du recul du français au travail, la Coalition avenir Québec (CAQ) bloquera les mesures coercitives de la «nouvelle loi 101» pour les petites entreprises.