Le Soleil
Pauline Marois juge que ses ministres méritent «plus que la note de passage» pour leur premier bulletin. Elle-même soutient que son expérience l'a préparée à assumer le poste de première ministre. «Je savais qu'en cours de route il y aurait des embûches, des difficultés, que parfois, il faudrait prendre quelques détours pour arriver à l'objectif», a-t-elle reconnu vendredi.
Pauline Marois juge que ses ministres méritent «plus que la note de passage» pour leur premier bulletin. Elle-même soutient que son expérience l'a préparée à assumer le poste de première ministre. «Je savais qu'en cours de route il y aurait des embûches, des difficultés, que parfois, il faudrait prendre quelques détours pour arriver à l'objectif», a-t-elle reconnu vendredi.

100 jours du PQ: la minorité n'a pas été un handicap, dit Marois

Simon Boivin
Simon Boivin
Le Soleil
Pauline Marois ne croit pas que le statut minoritaire de son gouvernement a été un handicap pour les 100 premiers jours de son mandat.