Le Soleil
Vendredi matin, dans une ruelle de Limoilou, de jeunes employés de Graff'Cité devaient nettoyer une douzaine de tags, vêtus d'imperméables, de bottes à cap d'acier et de casques à visières.
Vendredi matin, dans une ruelle de Limoilou, de jeunes employés de Graff'Cité devaient nettoyer une douzaine de tags, vêtus d'imperméables, de bottes à cap d'acier et de casques à visières.

Pour l'amour des murs

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil
Rue Saint-Jean, Yan connaît tout le monde. Pas moyen de faire 10 pas sans que quelqu'un le salue. Ça va? Bof, il est encore un peu lendemain de brosse, ce midi. Souvent, c'est en sortant des bars que ça lui prend. «Quand je suis chaud et que j'ai un crayon dans les poches, c'est sûr que je vais beurrer un peu de places», me dit-il en marchant sur le trottoir.