Le Soleil
Zakaria Mohammed, Younus Mohammed, Safiul Alam, Rafique Mohammed et Shofi Mohammed sont très inquiets en voyant les photos de villages en feu, de corps découpés à la machette, en provenance de la région de Birmanie où leurs proches sont toujours coincés, persécutés.
Zakaria Mohammed, Younus Mohammed, Safiul Alam, Rafique Mohammed et Shofi Mohammed sont très inquiets en voyant les photos de villages en feu, de corps découpés à la machette, en provenance de la région de Birmanie où leurs proches sont toujours coincés, persécutés.

Les réfugiés birmans de Québec s'inquiètent pour leurs familles restées derrière

Baptiste Ricard-Châtelain
Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil
Voilà trois ans, parfois quatre, que plus ou moins 175 réfugiés de la Birmanie ont été accueillis à «Québec-la-pure-laine». Depuis le choc du voyage entre le camp de bric et de broc de l'Asie et le centre-ville de la capitale québécoise, beaucoup de route parcourue. Le Soleil a été invité dans la maisonnée du patriarche Younus Mohammed, pour une discussion entre hommes, autour des assiettes de samosas.