Le Soleil

Sida: de l'hystérie collective à l'indifférence

Pierre-Olivier Fortin
Pierre-Olivier Fortin
Le Soleil
À la fin des années 70, un mystérieux mal frappe les communautés homosexuelles de New York et de San Francisco. On l'appelle «la peste gaie» en raison des plaques hideuses qui apparaissent sur la peau des malades, souvent des hommes dans la fleur de l'âge. Des premiers cas sont recensés en 1983 à Québec, encore une fois au sein de cette communauté qu'on regardait déjà de travers. La panique s'installe et se transforme - aussi vite que la maladie fauche ses victimes - en hystérie collective. On sait que ce mal est mortel, mais pire, on ne sait trop comment il s'attrape. C'est dans ce contexte de psychose et d'urgence sociale qu'émerge MIELS-Québec en 1986. Entre le mélodrame de l'époque et la banalisation d'aujourd'hui, retour sur 25 ans de lutte contre le sida.