Le Soleil
Un propriétaire d'usines à chiots devra payer 3200 $ d'amendes en raison des mauvaises conditions dans lesquelles il laissait vivre ses animaux.
Un propriétaire d'usines à chiots devra payer 3200 $ d'amendes en raison des mauvaises conditions dans lesquelles il laissait vivre ses animaux.

Québec s'attaque aux usines à chiots

Sophie Gall
Sophie Gall
Le Soleil
Destiné à enrayer des pratiques dénoncées par les groupes de défense des animaux et par les médias, le projet de règlement sur la sécurité et le bien-être des chats et des chiens ne fait toutefois pas l'unanimité. Plusieurs lacunes sont montrées du doigt par les organisations vouées à la protection des bêtes.