Le Soleil
Selon Mario Gagnon, directeur général de Point de Repères et à l'origine d'un projet de piquerie supervisée, la grande ville de Québec compterait entre 3000 et 6000 personnes dépendantes de drogues à injection.
Selon Mario Gagnon, directeur général de Point de Repères et à l'origine d'un projet de piquerie supervisée, la grande ville de Québec compterait entre 3000 et 6000 personnes dépendantes de drogues à injection.

Centres d'injection supervisés: l'exemple suisse

Matthieu Boivin
Le Soleil
Un des premiers centres d'injection supervisés dans le monde a ouvert ses portes dans la ville suisse de Berne, en 1986. Plus de 25 ans plus tard, ce service est considéré comme indispensable par les autorités locales, que ce soit la Ville de Berne ou la police cantonale bernoise.