Le Soleil
«Le message qui est envoyé par Jonathan Duhamel, c'est que le poker est un jeu de compétence, d'intelligence et de ruse. Dans les faits, le poker est aussi un jeu de chance où les habiletés ont une part, mais ce n'est pas la plus grande», a expliqué Sylvia Kairouz, professeure au département de sociologie et d'anthropologie de l'Université Concordia.
«Le message qui est envoyé par Jonathan Duhamel, c'est que le poker est un jeu de compétence, d'intelligence et de ruse. Dans les faits, le poker est aussi un jeu de chance où les habiletés ont une part, mais ce n'est pas la plus grande», a expliqué Sylvia Kairouz, professeure au département de sociologie et d'anthropologie de l'Université Concordia.

Problème de jeu: près de 2 % de la population à risque

Valérie Duhaime
La Presse Canadienne
Si moins de 1 % de la population vit avec un problème de jeu pathologique, 1,3 % des Québécois sont à risque d'en développer un.