Le Soleil
Au moment de définir l'agonie, Ghislain Leblond a été explicite : «Elle représente le début d'un déclin qui peut être court ou très long dépendamment de la personne».
Au moment de définir l'agonie, Ghislain Leblond a été explicite : «Elle représente le début d'un déclin qui peut être court ou très long dépendamment de la personne».

Ghislain Leblond: un visage sur le débat de l'euthanasie

Nadia Ross
Nadia Ross
Le Soleil
Après les présentations des médecins du Québec traitant de définitions et d'autres notions techniques, l'arrivée de Ghislain Leblond à la Commission de la santé et des services sociaux sur le droit de mourir dans la dignité, a mis un visage sur le débat. «Ce n'est pas pour rien que je lutte pour la légalisation de l'euthanasie. Pour moi, un jour, ça pourrait être la solution la plus appropriée», a laissé tombé celui qui est atteint d'une forme rare de sclérose qui l'oblige à se déplacer en fauteuil roulant.