Le Soleil

Les détenus n'ont pas à être vaccinés avant les autres, dit Bolduc

Le Soleil
Tandis que les clientèles les plus vulnérables doivent patienter avant d'espérer se faire vacciner à temps, des détenus en parfaite santé ont déjà eu droit à leur dose de vaccin. Il s'agit d'une erreur inacceptable, a reconnu hier le ministre de la Santé, Yves Bolduc. Une cinquantaine de doses du précieux vaccin ont été administrées mardi aux détenus de la prison provinciale de Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie. L'erreur a été commise par le Centre de santé et de services sociaux du Suroît, qui aurait mal interprété les consignes gouvernementales et la séquence de vaccination définie par Québec, a expliqué le ministre en Chambre. «Les détenus vont être vaccinés selon l'ordre de priorité de leur condition», a dit le ministre Bolduc, en point de presse. M. Bolduc a aussi soutenu qu'aucun passe-droit ne serait accordé à quiconque, et qu'aucun vaccin ne serait disponible en clinique privée.