Le Soleil

Goldberg et Dupont-Hébert se joignent à l'école du rock

Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin
Le Soleil
Le projet d'école du rock à est toujours à l'état embryonnaire, mais jouit maintenant de l'appui de deux producteurs connus. Paul Dupont-Hébert (photo) et Alain Goldberg disent vouloir mettre la main à la pâte pour voir naître ce projet de formation musicale dans les locaux de l'Impérial de Québec. Le projet coûterait quelque 200 000 $ pour réaménager la salle de spectacle et environ 600 000 $ par année pour son fonctionnement. Régis Labeaume se dit prêt à faire payer la moitié de la facture à la Ville. Le maire sortant dit vouloir faire accréditer la formation donnée à l'école du rock. Les finissants pourraient ainsi brandir une attestation d'études secondaires ou collégiales. Alain Goldberg estime qu'avec ce centre, «comme on va à Jonquière pour apprendre à faire de la télévision, on va venir à Québec pour apprendre à faire du rock». Reste qu'aucune entente n'a encore été négociée avec le propriétaire de la salle, a reconnu M. Labeaume.