Le Soleil

»Un pas important», dit le président de l'Ordre des vétérinaires

Le Soleil
Le Dr Joël Bergeron, président de l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec, se réjouit du «pas important franchi par le MAPAQ». Mais il ajoute que «ce n'est pas complètement satisfaisant parce que c'est une question de sécurité alimentaire et de santé publique». Selon lui, le fait de donner son horaire d'abattage et de mieux aménager les lieux physiques ne garantit pas la salubrité du produit fini. Pour bien faire, vétérinaires et inspecteurs devraient être «toujours» présents sur les lieux. «Je me permets d'espérer que tout ça n'est qu'une étape», confie le Dr Bergeron.