Le Soleil

Le procès de Karadzic s'ouvre sans lui

Le Soleil
Ce sera sans doute LE procès du conflit bosniaque (1992-1995), le plus sanglant sur le sol européen depuis la Seconde guerre mondiale. Quatorze ans après les faits, le procès de Radovan Karadzic pour crimes de Guerre, crimes contre l'humanité et génocide s'ouvre aujourd'hui à La Haye devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), une première journée boycottée par l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, en geste de défiance. L'intéressé, poursuivi entre autres pour son rôle dans le massacre de l'enclave de Srebrenica et le siège de Sarajevo, sera absent, car il estime ne pas avoir eu assez de temps pour préparer sa défense, qu'il compte assurer lui-même.