Le Soleil
«J'ai toujours pensé que j'avais ma place sur le terrain parce que la mission canadienne n'est pas encore complétée. Il y a encore plusieurs Québécois là-bas qui passent de durs moments et c'est mon devoir d'y retourner si je suis encore capable de le faire», expliquait mardi le capitaine Simon Mailloux.
«J'ai toujours pensé que j'avais ma place sur le terrain parce que la mission canadienne n'est pas encore complétée. Il y a encore plusieurs Québécois là-bas qui passent de durs moments et c'est mon devoir d'y retourner si je suis encore capable de le faire», expliquait mardi le capitaine Simon Mailloux.

Malgré une amputation, Simon Mailloux repart pour le front afghan

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Si certains doutent encore du courage et de la détermination des militaires canadiens dans la mission afghane, ils n'ont certainement pas rencontré le capitaine Simon Mailloux. Moins de deux ans après avoir perdu sa jambe gauche à la suite de blessures subies lors de l'explosion de son blindé sur une mine artisanale, le militaire se prépare à s'envoler de nouveau pour l'Afghanistan en novembre afin d'y terminer le travail qu'il y avait commencé.