Le Soleil
L'achalandage à la banque alimentaire de la Société Saint-Vincent-de-Paul a plus que triplé depuis une quinzaine d'années.  Cela garde les bénévoles bien occupés.
L'achalandage à la banque alimentaire de la Société Saint-Vincent-de-Paul a plus que triplé depuis une quinzaine d'années.  Cela garde les bénévoles bien occupés.

Ruée vers les banques alimentaires

Daphnée Dion-Viens
Daphnée Dion-Viens
Le Soleil
Marcel (nom fictif) est au chômage depuis quelques mois. Père de trois enfants, il doit se résoudre à aller cogner à la porte de la Société Saint-Vincent-de-Paul pour garnir le garde-manger. «Je n'ai pas le choix, avec le chômage je n'arrive pas», lance-t-il, peu bavard, en empoignant ses précieux sacs de nourriture.