Le Soleil
«Je ne pense pas que l'État a quelque raison que ce soit de me demander comment vont mes relations. Les gens trouvent ça normal de se faire poser des questions de ce genre. Moi, je trouve que c'est une dérive drôlement dangereuse de notre société», clame le citoyen Pierre Lemieux, dont le permis a été révoqué.
«Je ne pense pas que l'État a quelque raison que ce soit de me demander comment vont mes relations. Les gens trouvent ça normal de se faire poser des questions de ce genre. Moi, je trouve que c'est une dérive drôlement dangereuse de notre société», clame le citoyen Pierre Lemieux, dont le permis a été révoqué.

Permis d'armes à feu: l'État s'intéresse à votre santé psychologique

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
«Au cours des deux dernières années, avez-vous vécu un divorce, une séparation ou une rupture d'une relation importante, avez-vous perdu votre emploi ou fait faillite?» Un résidant du Québec n'a pas répondu à cette question sur sa demande de renouvellement d'un permis d'armes à feu. Pour cette raison, le gouvernement fédéral a révoqué son permis. L'affaire est maintenant devant les tribunaux.