Le Soleil
«Nous demandons des pièces d'identité, une lettre d'attestation d'un médecin [un diagnostic] et nous communiquons avec lui. Nous sommes plus vigilants qu'une pharmacie» - Marc-Boris Saint-Maurice en compagnie de Chantal Arroyo,responsables du Centre compassion de Québec
«Nous demandons des pièces d'identité, une lettre d'attestation d'un médecin [un diagnostic] et nous communiquons avec lui. Nous sommes plus vigilants qu'une pharmacie» - Marc-Boris Saint-Maurice en compagnie de Chantal Arroyo,responsables du Centre compassion de Québec

Centre compassion: de plus en plus de membres

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Si la crise économique affecte l'industrie manufacturière et celle de l'automobile, elle ne perturbe pas le secteur de la vente de cannabis à des fins médicales. À peine cinq mois après son ouverture, le Centre compassion de Québec compte déjà bon nombre de nouveaux membres.