Le Soleil
Dans une lettre ouverte, parue hier dans Le Soleil, André Dion, atteint d'un cancer de la prostate et des os, affirme qu'il ne veut pas devoir partir à Zurich, en Suisse, pour recevoir une assistance à l'euthanasie en toute légalité. Il demande donc au ministre Yves Bolduc d'intervenir à Ottawa pour que «l'aide médicale de compassion ne soit plus un crime».
Dans une lettre ouverte, parue hier dans Le Soleil, André Dion, atteint d'un cancer de la prostate et des os, affirme qu'il ne veut pas devoir partir à Zurich, en Suisse, pour recevoir une assistance à l'euthanasie en toute légalité. Il demande donc au ministre Yves Bolduc d'intervenir à Ottawa pour que «l'aide médicale de compassion ne soit plus un crime».

Suicide assisté: Bolduc en appelle à un débat

Jean-Frédéric Légaré
Jean-Frédéric Légaré
Le Soleil
Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, s'est dit compatissant à l'égard d'André Dion, un citoyen de Québec atteint d'un cancer incurable qui sollicitait son aide par le truchement d'une lettre parue hier dans Le Soleil, «pour mieux terminer (sa) vie». Même si le ministre juge impossible de donner suite à la requête, il estime que le débat de société devra se faire.