Le Soleil

La constitution reconnaît la suprématie de Dieu, pas la laïcité!

CEDROM-SNI
Je comprends mal les laïcisants qui font de l'urticaire parce qu'on invoque Dieu au conseil municipal, une pratique culturelle qui remonte au milieu du XIXe siècle, et je m'insurge contre ceux qui s'acharnent à renier tout ce que nous avons comme tradition culturelle ou religieuse. Et je sympathise avec les élus de Laval, Saguenay et Trois-Rivières qui, en priant Dieu d'éclairer leurs délibérations, ont la conviction de tout simplement reconnaître la «suprématie de Dieu» et se conformer au texte même de la Constitution canadienne.